Que faire en cas de colique du nourrisson ?

Publié dans Conseils pour Jeune Maman le 2 déc. 2019
Que faire en cas de colique du nourrisson ?

Parce que le bien-être et la santé de bébé passent avant tout, il est important d’être attentif au moindre signe inhabituel. En effet, si bébé pleure c’est parce qu'il ne sait pas exprimer ses envies et ses douleurs à part par le biais de ses sanglots. 

C’est donc une piste qui pourrait vous donner des indices sur son état de santé. Cela dit, rassurez-vous, les pleurs ne présagent pas automatiquement des maladies graves. Néanmoins, il se peut que les petits souffrent de coliques, de maux de ventre et de reflux gastro-intestinaux. Si c’est le cas, que faire pour soulager ses coliques ?

 

C'est quoi les coliques du nourrisson ?

Courantes durant la petite enfance, les coliques sont décrites comme des crises de pleurs intenses qui surviennent régulièrement chez le nourrisson. On parle de coliques si les pleurs durent approximativement 3 heures par jour. Ces crises peuvent alors s’étaler sur 3 jours et même certaines fois, pendant plus d’une semaine. 

Généralement, les coliques se produisent aux mêmes moments de la journée. Les pleurs peuvent être accompagnés d’autres symptômes tels que des spasmes, des gaz qui ont du mal à être évacués et des rougeurs. 

Souvent bébé va replier ses jambes et ses bras sur son abdomen. Son ventre sera dur et tendu. D’ailleurs, on attribue l’origine des coliques à des dysfonctionnements du système digestif.

N’étant pas encore habitué à certains aliments, le système digestif immature de votre bébé est susceptible de présenter certains troubles qui provoquent des douleurs abdominales. D’où les ballonnements, les pleurs et les raideurs. Vous vous doutez certainement que la cause de ce désagrément est dû au lait que boit l’enfant, vu qu’il s’agit de la base de son alimentation. 

Pour information, l’allergie aux protéines de lait peut se déclarer très tôt chez l’enfant. En outre, sachez que l’air ingurgité au cours de la tétée peut aussi être responsable de coliques. Il n’est jamais agréable d’avoir des gaz que l’on ne peut pas évacuer par la suite.

Les coliques sont considérées comme étant normales chez les tout petits. En effet, ce n’est pas une maladie en tant que telle. D’ailleurs, même un enfant en bonne santé ou un bébé allaité peut être victime de crises. Selon les spécialistes, ces dernières font partie du développement normal de l’enfant.

Parfois les coliques du nourrisson sont tout simplement le résultat de facteurs extérieurs tels que la fatigue dûe à de trop nombreux stimuli visuels ou auditifs. 

 

Comment lutter contre les coliques de bébé ?

Nombreux sont les parents qui se demandent ce qu’il faut faire en cas de colique. C’est une situation décourageante face à laquelle on peut se sentir impuissant. Après maintes et maintes tentatives de consolation, le petit ne cesse de pleurer. Les larmes coulent de plus belle et les cris deviennent incessants.

 

Déterminez la cause des coliques

En cas de crises, pensez d’abord à déterminer la cause des coliques (allergies ou fatigue). Si ses spasmes sont dus à des intolérances, cela ne servira à rien de l’emmener dans un endroit calme pour essayer de l’endormir. Pour le soulager dans ce cas, vous devrez obligatoirement changer son alimentation. Vous pouvez, par exemple, opter pour du lait végétal.

 

Utilisez une bouillotte pour calmer les crises 

Si vous ne savez plus quoi faire en cas de colique, songez à utiliser une bouillotte pour calmer les crises de votre bébé. La chaleur pourrait l’aider à mieux tolérer la douleur. De plus, elle contribuera à l’évacuation de ses gaz. À défaut de bouillotte, sachez que vous avez la possibilité d’utiliser un coussin de chaleur.

 

Essayez de distraire bébé

Une autre technique consiste à distraire le bébé afin que celui-ci fasse abstraction de sa douleur. Vous pouvez, par exemple, le calmer en lui chantant une douce chanson. Évidemment, pour ne pas l’énerver encore plus, il vaut mieux éviter les musiques trop entraînantes.

Dans le cas où les coliques sont causées par des facteurs extérieurs, cherchez simplement à les supprimer de son environnement. Emmenez le petit dans un endroit calme sans lumière criarde, ni bruits cinglants. Se balader tout en berçant doucement votre bébé peut également être une bonne idée pour calmer la crise de colique

Si besoin, donnez-lui sa tétine. C’est un objet rassurant qui apaisera ses crises. Si vous optez pour la tétine, veillez à ce que celle-ci soit en bon état. En effet, si elle présente des défauts ou encore des trous, votre petit ingurgitera encore plus d’air qu’il n’en a déjà.

 

Optez pour des remèdes naturels

Vous pouvez recourir à l’homéopathie pour calmer une colique. Il existe plusieurs recettes naturelles. Par exemple, l’argile verte est réputée pour éliminer les gaz. Il suffit de diluer une cuillère à soupe dans un verre d’eau, laissez la poudre retomber vers le fond, puis récupérer  un peu d’eau avec une pipette pour faire boire cette concoction à votre bébé avant chaque repas.

Pourquoi ne pas lui faire un petit massage du ventre pour le relaxer ? Pensez à prendre des précautions pour le bien-être du petit. Le massage sera plus confortable si vous le faites près d’un radiateur. Au moins, votre bout de chou n’attrapera pas froid. 

Pour masser le ventre de bébé, procédez à de légers mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre avec une huile végétale. Attention, il est déconseillé de masser votre petit juste après un repas. En effet, votre bébé risque de rapidement régurgiter. Attendez plutôt la fin de sa digestion. 

 

Aidez-le à évacuer ses gaz

Il vaut mieux prévenir que guérir comme le dit le proverbe. Pour éviter que votre bout de chou souffre, il est vivement recommandé d’adopter les bons gestes. Comme dit plus tôt, les gaz peuvent être à l’origine des coliques chez les nourrissons. Vous devez donc les évacuer rapidement. 

Pour cela, il n’y a rien de mieux que d’essayer de faire roter le bébé après chaque repas. Il suffit de le placer sur votre épaule de manière à ce que sa tête et son ventre s’y reposent. Puis tapotez doucement son dos de bas en haut. Ainsi, l’air remontera plus facilement.

 

Pensez au lait gras

Le lait gras de fin de tétée est réputé pour limiter la colique du nourrisson. Ce lait est très nutritif et riche en calories. De ce fait, en le consommant, votre petit aura une meilleure sensation de satiété. Il n’aura donc pas besoin de téter régulièrement et il ingurgitera moins d’air.

Il est également préconisé d’éviter la suralimentation. Respectez les rations conseillées selon l’âge du nourrisson. En effet, être trop rassasié peut engendrer bien des désagréments, même pour un adulte.

 

Essayez les astuces de grand-mère

N’hésitez pas à appliquer les astuces de grand-mères ! Avez-vous déjà, par exemple, testé la position magique ? Cette dernière consiste à placer le nourrisson à plat-ventre sur votre avant-bras. Posez sa tête sur votre main et laissez ses pieds ainsi que ses bras pendre. Vous verrez en vous promenant ainsi avec lui, les coliques s’arrêteront en un instant.

L'emmaillotage peut aussi être une bonne idée, car il peut rassurer l’enfant. Cette technique consiste à envelopper le bébé dans une couverture afin de limiter ses mouvements. Prenez garde à ce que ses mains ne se positionnent pas le long de son corps. Il faut que celles-ci soient repliées.

Sachez également que la couverture doit être légèrement lâche. Il ne faudra surtout pas trop serrer votre bout de chou. Le but est de le faire se sentir en sécurité et non pas de l’emprisonner.

 

Bon à savoir :

Il est important de placer votre petit correctement pendant la tétée. Au moment du repas, pensez à positionner bébé de manière à ce que celui-ci ingère le moins d’air possible. Pour ce faire, placez votre petit aussi verticalement que possible. À l’heure de la tétée, veillez à ne lui donner qu’un seul sein. 

 

Acheter un biberon anti-colique

Petit conseil concernant le bien-être des bébés : investissez dans un biberon anti-colique. Il s’agit d’un article de puériculture spécialement conçu pour limiter l’ingestion d’air par le nourrisson. C’est un véritable allié pour éviter que votre petit ait mal au ventre. Disposant d’une valve spéciale, ce genre de biberon permet au lait de couler de manière régulière, avec un débit plus lent.

Attention, le biberon anti-colique ne se choisit pas n’importe comment. Pour ne pas faire de faux pas, misez tout sur un modèle ergonomique. La prise en main doit être optimale pour le plus grand confort de bébé.

 

Comment choisir le bon lait ?

Aliment de base du nourrisson, le lait est à choisir avec soin. Certes, il contribue grandement à son développement, mais il peut aussi être à l’origine d’allergie. Les protéines du lait de vache sont particulièrement suspectées de provoquer des dysfonctionnements au sein de la flore intestinale du bébé. On sait tous que ce genre de désagrément irrite le petit et peut engendrer des coliques intenses.

 

Le lait maternel

De par ce fait, il vaut mieux privilégier le lait maternel au détriment du lait de vache proposé dans le commerce. Quoi qu’il en soit, sachez que ce que vous mangez va présenter des traces dans le lait destiné à bébé. Il est donc important avant tout de faire attention à votre alimentation. D’ailleurs, on conseille souvent aux mères allaitantes d’arrêter de consommer les produits issus de lait de vache pour éviter les coliques du nourrisson.

 

Le lait végétal sans protéines de lait de vache

Dans le cas où vous ne pouvez pas faire autrement, tournez-vous vers des préparations hypoallergéniques. Certaines sont formulées sans protéines de lait de vache, tandis que d’autres en présentent en moindre quantité. Dans ce dernier cas, les protéines en question sont fractionnées en petits morceaux afin de ne pas provoquer d’allergie. 

En outre, notez qu’il existe des laits à base de protéines végétales. D’ailleurs, saviez-vous qu’il est possible d’utiliser de la protéine de soja pour fabriquer ces produits ? Soyez quand même vigilant lors de vos achats, car le lait infantile à base de protéine de soja n’a rien avoir avec le lait de soja classique.

 

Le saviez-vous ?

Pour le bien-être de votre enfant, sachez que vous devez également choisir son lait en fonction de son âge. En effet, un nourrisson ne supportera sûrement pas de consommer un lait destiné à un bambin de 6 mois. Pour un nourrisson, il vaut mieux se tourner vers les laits premiers âges. 

Coraline AEIMERTON est l'auteur de cet article

Partagez cet article